Transferts culturels et comparatismes : une opposition (in)dépassable ?

Résumé : Théorisés par Michel Espagne et Michael Werner à partir des années 1980, les transferts culturels sont conçus comme une alternative aux différentes méthodologies comparatistes empreintes de structuralisme. Plus de trente ans après, alors que les transferts culturels ont gagné une légitimité universitaire méritée, il nous semble intéressant de revenir sur le bien-fondé de cette opposition qui était présentée comme indépassable et radicale., une utilité occasionnelle étant à peine reconnue à la méthode comparatiste dans les premiers textes théoriques. Il apparaît pourtant que les transferts culturels ne se sont pas substitués au comparatisme, en particulier dans le domaine de la littérature , mais constituent plutôt une méthodologie de plus, parfois mise en œuvre par les mêmes chercheurs et sur les mêmes sujets. D'un autre côté, le plaidoyer de Marcel Detienne en 2009 dans son ouvrage Comparer l'incomparable offre une vision du comparatisme en histoire et plus largement dans les sciences sociales volontiers provocatrice envers les tenants d'autres méthodologies. Face à ces deux visions, nous voudrions réévaluer la concurrence de ces deux méthodes dans les sciences humaines et tenter de montrer que le dépassement de cette opposition pourrait être fructueux sans qu'il soit nécessaire de subordonner l'une à l'autre mais plutôt d'en user en symbiose.
Liste complète des métadonnées

https://hal-uphf.archives-ouvertes.fr/hal-02334939
Contributeur : Pierre-Alexis Delhaye <>
Soumis le : dimanche 27 octobre 2019 - 22:40:30
Dernière modification le : mercredi 13 novembre 2019 - 13:52:04

Identifiants

  • HAL Id : hal-02334939, version 1

Citation

Pierre-Alexis Delhaye. Transferts culturels et comparatismes : une opposition (in)dépassable ?. Paradoxes and Misunderstandings in Cultural Transfers, UCLouvain, May 2019, Louvain-la-Neuve, Belgique. ⟨hal-02334939⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

20